2021-08-01

Jules Romains : Les hommes de bonne volonté 2 - Crime de Quinette

Ce deuxième volume démarre sur les chapeaux de roues, si j'ose dire, car le jeune homme accueilli précédemment par Quinette (voir Le 6 octobre) aurait bien commis l'irréparable sur la personne d'une dame du quartier. C'est du moins ce qu'il en conclut en lisant la presse du matin qui relate la découverte du corps dix jours après les faits. Il réfléchit à ce qu'il convient de faire, à ce qu’il convient de dire si la police venait à l'interroger, mais il est interrompu par Juliette Ezzelin qui veut récupérer le livre qu'elle lui a donné à relier. Sa relation avec Augustin Leheudry, le jeune homme en question, s’avère complexe, troublante même. Pourquoi s’est-il impliqué autant dans cette affaire au point de rendre lui-même visite à la police en tant que témoin ? Sans doute pour pimenter sa vie routinière et sans éclat.

Au bout de quelques chapitres, l'auteur reprend l'histoire de Wazemme qui a commencé son nouveau travail de coursier pour Haverkamp, cet homme rencontré sur un champ de course au volume précédent. Dans un chapitre remarquable d'ingéniosité par sa description tout en sous-entendu, l'auteur raconte la perte de la virginité du jeune homme avec la dame du bus rencontrée au volume précédent.

Plus loin nous retrouvons la comédienne Germains Baader, la maîtresse de Gurau, le politicien aux prises avec un jeu de coulisses au gouvernement. Champcenais, ce noble qui a des intérêts dans le pétrole, tente une manœuvre avec ses associés afin d’influencer Gurau. Il ferait mieux de surveiller la comtesse, son épouse, qui fait l’objet d’une attention particulière d’un ami de longue date… Mais Sammécaud, là où les autres ont échoué, réussit à convaincre - ou plutôt à corrompre - Gurau de l’inutilité sociale de sa démarche envers les pétrolières.

Au trois quarts du roman, on retrouve les intellectuels en train de discuter de cette guerre que d’aucuns prévoient la portée : une guerre mondiale… Mais Sampeyre, le professeur à la retraite, et Clanricard, son disciple en quelque sorte, ont tendance à penser que le conflit se limitera à un conflit ouvert entre la Turquie et la Bulgarie. Cette pensée, trop optimiste pour être fondée, ne convainc pas tout le monde. Et on conclut : « Les philosophes modernes de l'histoire sont les plus grands malfaiteurs depuis l'Inquisition. Bossuet, bon, c'est fini. Mais Hegel et Marx ont remis ça. Eux et les journaux quotidiens, voilà les meilleurs auxiliaires des gouvernements pour l'écrasement des peuples. »

Jules Romains consacre aussi quelques lignes à la rencontre de Jerphanion et Jallez, deux jeunes normaliens qui deviendront amis au volume suivant. Déjà, on sent la fraîcheur de la jeunesse, la candeur de l’avenir qui se pose devant eux malgré cette guerre à venir.

Mais dans ce deuxième roman de sa série romanesque, Jules Romains accorde plutôt la place à Quinette qui, de plus en plus glauque, n’hésite pas à commettre l’acte ultime dans une scène - la scène finale du roman - digne des romans gothiques du XIXe siècle.

Que retenir de ce roman dont l’intrigue se déroule tout entier une semaine après le volume précédent, soit le 12 ou le 13 octobre 1908 ? Que du bien… Le monde de Jules Romains se met en place, un monde conforme aux préjugés de l’auteur sans aucun doute, mais un monde vivant qui va évoluer au fil des volumes subséquents.

Romains, Jules. Crime de Quinette (Les hommes de bonne volonté 2). Flammarion, c1932 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire